Les chatterbaits vont changer votre pêche ! (2/2) Photos : Dalien

Première raison d’adopter les chatterbaits, nous venons en fait de l’évoquer : les vibrations conjuguées d’une palette et d’un shadtail décuplent l’attractivité du leurre. Imaginez votre leurre non seulement battant largement de la caudale, mais secouant de surcroît la tête comme un damné en brassant tellement, mais tellement d’eau… Ceci dit, il existe une autre raison plus subtile : lorsque vous animez un crankbait par exemple, et que vous marquez une pause, celui-ci met encore une seconde ou deux à ralentir puis s’arrêter, puis remonte plus ou moins vite selon sa densité. Avec un chatterbait, du fait que la palette n’est pas solidaire de la tête, aussitôt que le pêcheur n’exerce plus la traction de la récupération, au moment même en fait où la manivelle cesse de tourner, le leurre plonge comme une pierre vers le fond ! Or, tous les bons pêcheurs savent que le meilleur moyen de décider un poisson suiveur, c’est de ne pas lui laisser le temps de réfléchir. La proie file vers le fond en changeant de direction, c’est le moment d’attaquer !

bildeIl faut ensuite ajouter à cela un intérêt beaucoup plus décisif et visible : la « castabilité ». Un mot de jargon, un anglicisme là encore, qu’on utilise principalement parce que, comme « shallow », il n’a pas d’équivalent suffisamment joli en France, la « lançabilité » n’étant pas très plaisante à l’oreille. Dans cas-là, mieux vaut en effet épargner la langue française avec un mot anglais que de vouloir à tout prix parler frenchy en écorchant notre belle langue. Voyez-vous où je veux en venir ?

Vous l’avez déjà compris : la castabilité est la capacité d’un leurre à se lancer loin. Imaginez maintenant que vous décidiez d’aller pêcher le brochet. Coup de chance pour vous, il fait un vent à décorner les bœufs ! Vous vous dirigez donc vers la berge battue par le vent, sortez un spinnerbait, puis le lancez de toutes forces… à vos pieds, dans une magistrale perruque. Décevant. Il vous arrivera sans doute la même chose avec un poisson-nageur, et avec un shad plombé vous tomberez sans doute plus au large… mais pour ensuite ratisser le fond, surtout dans les derniers mètres de récupération. Moche, tout ça…

Mais dès lors que vous installerez une Crazy Blade sur votre tête plombée, la magie opèrera… Comme la palette n’est pas 50470-crazy-blades-ssolidaire du leurre, que le montage est articulé et même désarticulé on peut dire, au lancer la tête plombée, la palette et le corps de ligne vont s’aligner pour fendre le vent et percer la surface à une distance inatteignable autrement. Et dès le premier tour de manivelle, la palette décollera le leurre du fond, pour le faire évoluer au-dessus du fond.

8Vous pouvez de surcroît régler la hauteur d’évolution de votre leurre, en jouant sur le poids de la tête plombée. Vous pourrez ainsi obtenir un meilleur ratio distance/profondeur pour votre partie de pêche ! Encore une fois, comme la palette va s’aligner avec le reste du montage pendant le lancé, la taille de celle-ci n’agira pas comme un parachute de freinage, ce qui est malheureusement le cas avec un spinnerbait. Mais votre rayon d’action ne se limite pas au grammage de votre tête plombée. Comme les Crazy Blades sont disponibles en trois tailles, elles offrent plus ou moins de portance au leurre, pour une profondeur de nage variable et réglable. C’est pour toutes ces raison je pense, que Mads m’a confié que les Crazy Blades avaient en 2015 profondément bouleversé son approche de la pêche. Pensez-y, surtout si vous pêchez du bord…

Plus techniquement, et là c’est une question de présentation (donc moins visible mais au moins aussi importante), la pêche avec des shads sur tête plombée, shads à palette, à queue finesse ou paddle qu’importe, impliquent toutes que le leurre évoluent incliné vers l’avant, la tête emportée vers le bas par le poids de la plombée. Avec l’équilibrage des forces apportées par la palette (la queue et la palette se compensent mutuellement), les chatterbaits arborent la silhouette beaucoup plus naturelle d’un poisson nageant parfaitement horizontalement. C’est peut-être un détail, mais la pêche est faite de détails de ce genre…

bilde4

Je pense qu’il est inutile de vous en dire plus, vous êtes déjà convaincus. Si vous ne l’êtes pas, je ne peux de toutes façons pas faire plus que d’ajouter que j’ai décidé cette année de pêcher davantage avec les chatterbaits, et que je me suis déjà bien équipé de Crazy Blades !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *