Le jerkbaiting, pêche binaire. Part.2

Nous en venons maintenant à l’animation : celle-là, elle dépend de vous. Selon la vitesse et l’intensité de votre jerking, votre leurre nagera plus ou moins serré devant vous. Là encore, il y a des jours favorables à telle animation et d’autres jours plus favorables à l’autre. Il est vrai que statistiquement, les animations serrées et rapides marchent mieux en début de saison, mais il vaut mieux vérifier à chaque fois…

brochets-047A nouveau, vous comprenez que puisque ce second paramètre dépend de vous et non du leurre, il n’est aucune raison de développer une gamme de leurres ayant des nages différentes. C’est ainsi que le jerkbait a acquis sa forme immuable, et que l’on retrouve peu ou prou chez tous les fabricants. Vous n’avez toujours que deux leurres dans votre boîte.

Reste la sonorité. Celle-ci à nouveau est très importante. Il arrive souvent que les brochets préfèrent les billes, mais quand ils ne veulent pas… il n’y a rien à faire. C’est ce qui explique le succès du Jerkstar d’Effzett, qui non content de nager vraiment tout seul et vraiment très bien, est silencieux… Il est même l’un des rares représentant de cette école, et c’est la raison pour laquelle il faut le posséder.

Mais cela a donné une idée à Savage Gear : dans le fond je n’ai besoin que de deux jerkbaits dans une sélection courte de leurres (un flashy, un naturel), à condition que j’arrive à faire du même leurre un silent et un bruiteur. C’est ainsi que Mads Grosell a eu l’idée toute simple mais très pertinente dans ce contexte, de faire un jerkbait dont on peut retirer les billes. Génial ! Je n’ai ainsi vraiment besoin que de deux Jerkster dans ma boîte : l’un en coloris flashy, l’autre en coloris naturel.

En plus, si deux de ces billes sont en acier, l’une d’elle est en verre, cela signifie que l’on peut même affiner la sonorité, du plus grave au plus aigu (jusqu’au silence complet, bien sûr). Complètement génial !

Voyez comment avec deux seulement deux leurres et un peu de méthode, on peut aborder efficacement une pêche. Bien 6entendu, il peut survenir d’autres paramètres, comme la nécessiter de downsizer, mais avec ces trois paramètres — coloris, animation, sonorité — vous serez renseignez à 90% sur la pêche du jour, c’est-à-dire (i) si les brochets réagissent au jerkbait, et (ii) si oui comment les prendre de cette manière.

Or, je pense qu’à l’heure actuelle, où les magasins dégueulent de leurres et les magazines de techniques, c’est rendre un service à tous que d’apporter un peu de simplicité. Après tout, « jerk » en anglais c’est aussi le cinglé, et c’est vrai que toutes ces nouveautés, ces informations qui nous inondent, ça a de quoi nous rendre fous par moments !

Sur la chaîne Youtube DAM France, vous trouverez un tutoriel sur le jerking, cette fois sur les jerkbaits minnow, où je détaille les trois animations à connaître, à savoir twitching, jerking et ripping. Sur ma chaîne Numa Fishing cette fois, un tutoriel sur le jerking reprend quelques éléments de cet article et y adjoint quelques informations supplémentaires au sujet du Jerkster de Savage Gear. J’ai alors envie de dire : à tout de suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *